Top 10 des peintures murales à Saragosse

0
Posted 22 septembre, 2017 by zaragozaturismo in Culture

Le 17 septembre finalisait une nouvelle édition du Festival International d’art urbain de Saragosse: Asaltoqui cette année eut lieu dans le quartier de Valdefierro.

Des artistes comme Zest, Mantra, Helen Bur ou Antonyo Marest entre autres furent les responsables des interventions artistiques qui ont changé le paysage de ce quartier.

De plus, au cours de cette douzième édition, grâce à la collaboration entre le Festival avec les Tramways de Saragosse, plusieurs illustrateurs ont réinterprété des œuvres de l’artiste aragonais universel Francisco de Goya sur les arrêts de tram. Ainsi, l’acte quotidien de prendre ce moyen de transport devient une expérience culturelle et artistique pour l’utilisateur. On vous le montre sur cette vidéo !

La première édition du Festival Asalto eut lieu en 2005. Depuis lors, des artistes du monde entier ont laissé un héritage de plus de 100 œuvres murales, un chiffre qui ne cesse de croître chaque année. De ce fait, cette dernière édition vient de placer la ville de Saragosse numéro 1 des villes avec le plus grand nombre d’œuvres de street art en Espagne.

Nous avons choisi une sélection de 10 peintures murales qui par leur singularité ou l’histoire qui se cache derrière chacun d’elles méritent de figurer dans le top ten des œuvres de street art du Festival Asalto :

  1. Blu (c / Fuenclara. Deuxième édition du Festival Asalto. 2oo6)

Blu est un des artistes les plus charismatiques qui soit passé par le Festival Asalto et a donné sa propre vision sur l’honnêteté et la responsabilité de créer dans l’espace public.

  1. INO (c / Emilio Castelar. 24. Neuvième édition du Festival Asalto. 2014)

Cette fresque est l’une des rares du Festival qui ait utilisé uniquement la peinture noire. Cette œuvre fut également une des premières réalisée dans le quartier San José, qui a accueilli le Festival avec beaucoup d’enthousiasme.

 

  1. N. Barrome (c / Manuel Lacruz, 17-19) + A. Urruti / cake (c / Manuel Lacruz, 14). Neuvième édition du Festival Asalto. 2014)

Ces deux peintures murales sont essentielles dans cette liste grâce à leurs motifs colorés. Elles furent réalisées au cours de la neuvième édition du Festival dans le quartier Arrabal grâce au soutien de l’association de quartier.

 

  1. Okuda (Place intérieure / c/Las Armas.  Huitième édition du Festival Asalto 2013)

Okuda est l’une des œuvres les plus photographiée de l’entourage du quartier des créateurs Las Armas. La renommée mondiale de l’artiste précède son œuvre.

 

  1. Roa (c / Coso, 182.  Cinquième édition du Festival Asalto. 2010).

C’est une des peintures murales que nous a légué l’artiste ROA lors de la 5ème édition du Festival. Ses peintures sont devenues si importantes dans la ville qu’elles ont changé  le nom naturel des espaces. Dans ce cas, le site qui héberge cette fresque, dans le quartier de la Magdalena, est devenu populairement connu comme « le terrain du lapin »

 

  1. Rosh (ruelle Sacramento, 8. Huitième édition du Festival Asalto. 2013)

Ceci est une autre des peintures murales de dimensions impressionnantes dans les environs de la rue Las Armas. L’artiste a tellement sympathisé avec la communauté de voisins qu’un des locataires le voyant sur la grue depuis sa fenêtre l’invita à passer à l’intérieur pour continuer son travail depuis son salon 😉 !

 

  1. Wesr Figueroa (Paseo de la Ribera. Huitième édition du Festival Asalto. 2013)

De toutes les éditions d’Asalto, c’est la seule œuvre qui ait été réalisée sur le sol. Elle est située sous le pont de pierre et apparait et disparait au gré du niveau de l’Ebre. Depuis cet endroit, la vue sur la Basilique du Pilar en arrière-plan est imbattable.

 

  1. Helen Bur (c / Azalea, 20. Douzième édition du Festival Asalto. 2017)

L’artiste Helen Bur, avec son ouvrage « L’eau/la vie », parle dans cette dernière édition de l’effort des femmes du quartier de Valdefierro qui réussirent à amener l’eau courante à ce quartier en 1975 et nous rappelle l’inégalité de l’accès à l’eau potable dans le monde.

 

  1. Antonyo Marest (Espacio Asalto. Calle Laki s/n. Douzième édition du Festival Asalto. 2017)

L’œuvre d’Antonyo Marest, « Pilared Tropricalismen Est », réalisée sur le mur qui entoure l’ancien centre pour mineurs « El Buen Pastor », donne un nouveau sens au bâtiment, couvert de couleurs et évoque la coexistence, cet endroit où nous convergeons avec toutes nos différences.

 

 

 

 

 

  1. Valdefierro). Douzième édition du Festival Asalto. 2017)

Le français Mantra, pour sa part, a laissé une collection de papillons indigènes dans son ouvrage « Papillons d’Aragon ». L’autre artiste français de cette édition, le Montpelliérain Zest pour sa part a légué aux voisins du quartier une œuvre pleine de couleurs et jeux de volumes sur une zone d’escalier qui connecte deux niveaux de rues.

 

Vous avez envie de découvrir les autres œuvres laissées par les nombreux artistes qui sont passés par le Festival ? Allez sur le site www.festivalasalto.com .

Nous attendons avec impatience la prochaine édition d’Asalto !

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies