Les anciennes portes de Saragosse II

0
Posted 13 avril, 2017 by zaragozaturismo in Histoire

Cette semaine nous vous présentons le deuxième volet de notre série « Les anciennes portes de Saragosse », voici les 6 autres portes que posséda la ville de Saragosse au cours de son histoire :

Porte de Sancho (ci-dessus). Elle n’avait pas de valeur artistique. Elle était la porte de sortie aux vergers de la Almozara. Une peinture murale de la rue Santa Lucía la rappelle ainsi qu’un monument et une avenue située dans le quartier de la Almozara.

 Porte « Quemada » (Brûlée). Construite au XVIIème siècle, sans grande valeur artistique, elle était une porte d’accès à la fin de la rue Heroísmo. Elle fut rebâtie en 1785, avec un étage supérieur avec balcons. Son nom vient du fait que juste à ses côtés se trouvaient des caves à charbon qui dégageaient de la fumée et les jours de vent celle-ci atteignait la porte et la noircissait, la faisant paraître brûlée.

Porte de San Ildefonso. La construction de cette porte est datée en 1118, l’année au cours de laquelle le roi Alphonse Ier y fit son entrée pour arriver au Torreón de la Zuda  pour signer la capitulation de la ville. Plus tard, elle fut connue comme la porte « des tripes » car en ce lieu se vendaient les restes de l’abattoir à proximité. La construction des canalisations du Marché Central forcèrent sa démolition en 1903.

Porte du Portillo. Connue depuis 1137, elle servait de porte de communication avec La Aljafería et n’avait pas d’ornements. Depuis cette porte, Agustina de Aragón tira le coup de canon contre l’armée française pendant les Sièges. Les dommages occasionnés par ces attaques forcèrent sa démolition. Elle fut reconstruite postérieurement à côté de l’église du Portillo, mais disparue en 1896.

Porte du Carmen

Porte du Carmen. Cette porte est la seule qui reste debout et symbolise les Sièges. Inaugurée en 1792 de style néoclassique, ses pierres portent les traces de balles de la guerre d’indépendance

Porte de Santa Engracia. Elle eut 3 emplacements différents. La plus ancienne était située entre le Monastère de San Jerónimo et le couvent des Carmélites déchaussées et fut démontée ensuite pour cause de la guerre d’indépendance. La seconde, d’aspect d’arc de triomphe, fut inaugurée en 1830 par Fernando VII en mémoire de la résistance aux attaques françaises mais elle ne fut pas finie en raison de l’expansion urbaine du quartier et les travaux furent paralysés en 1835.La dernière était en fonte et avait cinq accès séparés par des piliers, trois au centre pour les piétons, et deux latéraux pour les voitures et chevaux. Elle était située sur l’actuelle Plaza de Aragon et fut détruite en 1902.

 


0 Comments



Be the first to comment!


Leave a Response


(required)

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies